David Colman : Une recette toute simple pour former nos propres scientifiques

25 octobre 2010 0 commentaire

David R. Colman est le directeur de l’Institut et hôpital neurologiques de Montréal 
le Neuro – et professeur titulaire de la chaire Wilder Penfield de neurosciences à l’Université McGill.

Je suis un Américain qui vit et travaille à Montréal depuis huit ans. Je suis le directeur du Neuro, où quelque 1100 professionnels hautement scolarisés, Québécois de souche et nouveaux Québécois originaires de 60 pays, travaillent quotidiennement ensemble dans un environnement exigeant sur le plan technologique et éminemment spécialisé.  Dans mon propre laboratoire, des chercheurs de l’Argentine, de la Chine, du Maroc, de l’Australie, de l’Inde, du Brésil et de la Tunisie ont entrepris une nouvelle vie ici.  À mon bureau, trois Américains sur cinq ont ou cherchent à obtenir la double citoyenneté.

Nombre de mes collègues sont ici, parce que le Québec a déployé ces dernières années des efforts substantiels pour attirer des professionnels très qualifiés du monde entier.  Les véritables meneurs au Québec comprennent que la médecine, la science et la haute technologie sont des moteurs de la croissance économique. Le Québec doit réaffirmer sa volonté de recruter à l’échelle mondiale et de maintenir ici ces professionnels de grande valeur, leurs familles et enfants, et intensifier ses efforts à cet égard.

Nous sommes les nouveaux Québécois. Pour être compétitifs dans le monde futur et prospérer sur le plan économique, nous devons recruter des scientifiques, des ingénieurs, des médecins, des travailleurs de la santé et d’autres professionnels qualifiés et leur permettre de participer véritablement à l’avenir du Québec.  Cette ligne d’action dotera le Québec d’une jeune population dynamique, nouvelle, passionnée et ingénieuse, prête à façonner son avenir de leader mondial.

Mais où sont les « nouveaux » jeunes Québécois de souche, qui fréquentent nos écoles et collèges publics ou qui en sont de récents diplômés ? Les forme-t-on à devenir les scientifiques, les ingénieurs, les mathématiciens et les technologues de l’avenir ?

Je suis d’avis que nous pouvons faire beaucoup mieux.

Je retourne souvent aux États-Unis, notamment l’été pour séjourner dans la ferme familiale sur la côte du Maine. Elle est sise au sommet d’une colline sur une île spectaculaire qui n’a pratiquement pas changé depuis les années 1950. En hiver, moins de 2000 personnes y habitent; en saison estivale, la population insulaire double. L’école secondaire de l’île accueille environ 45 élèves par classe; au terme de leurs études (tous ne les terminent pas) bon nombre d’entre eux marchent sur les traces de leurs parents. Les garçons pêchent le homard, l’aiglefin et le flétan durant l’été et font des travaux de construction durant l’hiver, s’il y a du travail. Les filles se marient jeunes, ont des enfants, s’occupent de leur famille et travaillent dans de petites entreprises locales – comme serveuses, employées de bureau, réceptionnistes.

Est-ce parce que les projets d’avenir des élèves en dernière année du secondaire excluent en général quatre années d’études collégiales, et parce que les degrés d’ambition scolaire sont faibles, toujours est-il que l’école fait piètre figure aux examens standardisés qu’administre le conseil scolaire de l’État du Maine. En fait, cette école secondaire locale est à ce chapitre une des pires dans le Maine.

On peut bien sûr avancer que l’apathie scolaire au secondaire est une situation peu commune en Amérique du Nord, mais il n’en est rien.  Et le problème ne se limite pas au Maine; il existe à la grandeur des États-Unis et au Canada. Même le Québec n’y échappe pas.

J’ai récemment eu une conversation particulièrement révélatrice avec un professeur de sciences de neuvième année du Québec. Nous discutions de la prochaine Expo-sciences et je lui ai demandé si l’un de ses élèves préparait une chambre de Wilson comme projet à soumettre. Perplexe, le professeur m’a demandé de quoi il s’agissait. Son ignorance m’a vraiment étonné; la chambre de Wilson est un dispositif simple qui permet de « voir » des particules radioactives traversant un nuage créé à l’intérieur d’une boîte en verre.

Son inventeur, Charles Wilson, en a été récompensé par un Nobel en 1927. Son intérêt pour les nuages est né pendant son enfance; il gravissait jusqu’au sommet d’une colline de son Écosse natale et observait le changement de couleur des nuages au coucher du soleil. Tout enfant peut aujourd’hui confectionner une chambre de Wilson avec un petit aquarium en verre, un bloc de glace sèche, une lampe de poche et de l’alcool provenant d’une pharmacie. Mais il faut pour cela l’informer de cette possibilité qui rend « visibles » des particules radioactives passant dans la chambre. Tous les professeurs de sciences devraient être au courant de la chambre de Wilson.

Ce problème – l’échec lamentable des programmes scolaires standardisés, en particulier pour les garçons, et plus spécialement en sciences et en mathématique, a plusieurs sources. C’est un problème qui a fait l’objet de multiples rapports de commission, analyses dans les journaux et grands énoncés de principes. Les changements recommandés nécessiteront du temps et de nouveaux engagements, ainsi qu’une réorientation généralisée de ressources. Or, il existe selon moi des mesures correctrices directes et évidentes, et il ne faut aucune solution compliquée pour commencer à corriger le problème.

Premièrement, les professeurs de sciences et de mathématique devraient avoir un niveau de scolarisation avancé dans les disciplines qu’ils enseignent. Ils devraient être traités et scolarisés comme des « spécialistes » de leurs domaines, et non des « généralistes » qui peuvent enseigner la musique, l’art, les mathématiques, les sciences ou l’histoire, selon les besoins. Les professeurs qui ont besoin de cours d’appoint en mathématique ou en sciences devraient avoir un accès gratuit aux cours de l’université locale. Et les professeurs du primaire et du secondaire devraient être très bien rémunérés. Tâchons d’attirer les meilleurs et les plus brillants dans cette profession.

Deuxièmement, les experts de la collectivité – les entreprises, les universités, le monde agricole, l’industrie, le gouvernement – devraient être encouragés à servir bénévolement de mentor dans chaque école. C’est crucial pour éveiller l’intérêt de jeunes gens pour des carrières inusitées et gratifiantes. Aidons-les à garder l’esprit curieux!

Les élèves de la petite école secondaire du Maine offrent un bon exemple. En raison de mentorat extrascolaire, ils sont devenus des champions d’échecs dans des tournois américains, et ont reçu des prix de finalistes pour la conception d’éoliennes, et ce, grâce à deux experts qui ont pris le temps de mobiliser et de stimuler les élèves.

Au Québec s’ajoute la délicate question linguistique. Malheureusement, l’exclusion en vigueur de l’anglais du programme primaire de l’école publique a l’effet involontaire de limiter l’acquisition des sciences et des mathématiques. Tout simplement parce que le langage mondial actuel pour ces disciplines est l’anglais (XXe et XXIe siècles), comme par le passé c’était l’arabe (8e-15e siècles), le français ou l’allemand (XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles). Qui sait? Un jour, le langage des mathématiques et des sciences sera peut-être l’hindi ou le mandarin, mais pour le moment c’est l’anglais. Priver nos jeunes Québécois de l’outil le plus important pour avoir accès aux meilleures réflexions en sciences et en mathématiques au monde désavantage grandement le Québec. La conséquence est que nous nous retrouvons derrière les centaines de milliers d’élèves indiens et chinois qui doivent, dès l’école primaire publique, maîtriser l’anglais. Est-ce là une saine politique économique?

Les changements à mettre en œuvre ne sont pas difficiles. Il suffit d’être résolus et motivés à le faire.

 

Voici une courte présentation du Dr. Colman sur le thème de la sérendipité (serendipity). Le Dr. Colman explique que la science fondamentale est à l'origine de plusieurs inventions, même quand cela n'était pas son but premier. Comme il l'explique, la sérendipité, c'est chercher une aiguille dans une botte de foin… et repartir avec la fille du fermier ! » 


 

Le Pr Colman a obtenu un baccalauréat ès sciences (biologie) avec mineures en anglais et en géologie de l’Université de New York (1970) et un doctorat en neurosciences de l’Université d’État de New York (1977).  Avant d’être nommé directeur en 2002, il a été professeur titulaire de la chaire Annenberg de biologie moléculaire et de neurosciences, vice-directeur de la recherche au département de neurologie, et directeur scientifique du Corinne Goldsmith Dickinson Centre for Multiple Sclerosis de la Mount Sinai School of Medicine. 

 

La recherche du Pr Colman porte sur des problèmes associés à la myélinisation, à la lésion médullaire, et au développement et à la régénération de neurones. Grâce aux travaux de son laboratoire, nous comprenons mieux comment la gaine de myéline protège et nourrit les nerfs dans le cerveau et dans le système nerveux périphérique, et comment les neurones communiquent entre eux par les synapses.

 

Sous la direction du Pr Colman, le Neuro a entrepris une campagne de capitalisation de 40 millions de dollars et a été désigné Centre national d’excellence en commercialisation et en recherche en 2007. De concert avec des collègues, il a travaillé au développement de partenariats internationaux en Chine et en Inde, ainsi de programmes novateurs de recherche et de formation, comme le programme de neuroingénierie et le programme intégré en neurosciences de McGill.

Laissez un commentaire


Les commentaires doivent être approuvés par l'éditeur.

Les derniers textes

  • Invités Économie Alain-Marie Carron: Emmanuel Todd et la décomposition du système américain

    Alain-Marie Carron: Emmanuel Todd et la décomposition du système américain

    29 décembre 2010

      Ce texte a été publié sur le site GlobalEconomie, d'Alain-Marie Carron Impossible de parler d'économie globale sans toucher à la géopolitique. Le déclin relatif des Etats-Unis  est un phénomène géopolitique majeur; il aura des conséquences considérables dans la sphère économique. Cette série rend compte de quatre points de vue sur le "déclin de l'empire américain". Emmanuel Todd reconnaît lui-même qu’il est « un produit de l’establishment ». Issu d’un milieu d’intellectuels et de journalistes, formé à Sciences Po et titulaire d’un doctorat [...]

    Lire la suite →
  • Invités Économie Alain-Marie Carron – Joffe: Les USA ou la puissance par défaut

    Alain-Marie Carron – Joffe: Les USA ou la puissance par défaut

    28 décembre 2010

      Ce texte a été publié sur le site GlobalEconomie, d'Alain-Marie Carron  Impossible de parler d'économie globale sans toucher à la géopolitique. Le déclin relatif des Etats-Unis  est un phénomène géopolitique majeur; il aura des conséquences considérables dans la sphère économique. Cette série rend compte de quatre points de vue sur le "déclin de l'empire américain". Spécialiste des questions allemandes, Josef Joffe avait signé en 2006 un livre qui n’a pas rencontré beaucoup d’écho :Uberpower : The Imperial Temptation of America. À l’inverse, [...]

    Lire la suite →
  • Invités Économie Alain-Marie Carron: Quatre regards sur la puissance américaine

    Alain-Marie Carron: Quatre regards sur la puissance américaine

    27 décembre 2010

      Ce texte a été publié sur le site GlobalEconomie, d'Alain-Marie Carron Impossible de parler d'économie globale sans toucher à la géopolitique. Le déclin relatif des Etats-Unis  est un phénomène géopolitique majeur; il aura des conséquences considérables dans la sphère économique. Le billet d'aujourd'hui introduit une série qui rend compte de quatre points de vue sur le "déclin de l'empire américain". Vulgarisateur de la mondialisation, Michael Friedman s’interroge en 2006 dans La Terre est plate sur les atouts des États-Unis par rapport à [...]

    Lire la suite →
  • Entreprises Invités L'actualité Marketing Non classé Marie-Claude Ducas: Nos artistes épousent-ils trop de causes ?

    Marie-Claude Ducas: Nos artistes épousent-ils trop de causes ?

    22 décembre 2010

    Ce texte a été publié sur le site d'Info-Presse Le sujet me trottait déjà dans la tête, sans que j’aie pris la peine de m’y arrêter et de préciser pourquoi. Puis, Jean Lapierre, lors de sa chronique du 1er décembre  à l’émission Puisqu’il faut se lever  au 98,5 FM, a parfaitement mis le doigt sur la question: à force d’embrasser trop de causes, les artistes finissent-ils par mal en étreindre certaines ? À commencer par leur propre cause, en l’occurence en ce qui a trait aux droits d’auteur…  Pour résumer brièvement : [...]

    Lire la suite →
  • Invités Économie Audray Lemieux : Les géants des mers

    Audray Lemieux : Les géants des mers

    22 décembre 2010

      Ce texte a été diffusé sur le site du Réseau de veille en tourisme Le paysage de l’industrie des croisières à l’échelle planétaire a fortement progressé depuis les dix dernières années. Non seulement il a évolué en ce qui a trait au nombre de passagers ou aux revenus annuels, mais aussi en fonction du produit proposé. La nouvelle génération de navires que sont l’Allure of the Seas et le Norwegian Epic, par exemple, transforme l’offre de façon importante. À coup de [...]

    Lire la suite →
  • Entreprenariat Invités L'actualité Kim Auclair : Le périple de Placide Poulin

    Kim Auclair : Le périple de Placide Poulin

    22 décembre 2010

    Cet article a été publié sur le blogue de Kim Auclair et sur Entrepreneur-internet.com Placide Poulin, fondateur de l’entreprise de baignoire MAAX,  est l'un des entrepreneurs les plus influents de la Beauce. Il vient tout juste de lancer sa biographie qui est racontée par l’écrivaine Anne Richer.  Le livre s'intitule « Le périple d’un gagnant ».  Je partage avec vous l'interview qu'il m'a récemment accordée. Vous êtes le fondateur de MAAX, une entreprise qui est devenue l'un des plus grands manufacturiers [...]

    Lire la suite →
  • À la une Économie Ces formidables banques canadiennes

    Ces formidables banques canadiennes

    21 décembre 2010

    Il y a des pays qui se retrouvent dans la dèche parce que leurs banques ont pris des risques insensés et se sont trouvé en situation d'insolvabilité ou presque. Des noms ? L'Irlande, bien sûr, mais aussi le Royaume-Uni et les États-Unis. Par ailleurs, si des pays comme l'Irlande, la Grèce ou le Portugal n'étaient plus en mesure de rembourser leur dette souveraine, des banques allemandes, françaises, espagnoles et britanniques absorberaient des chocs terribles. Pendant ce temps au Canada, les [...]

    Lire la suite →
  • Économie L’esprit de Noël, version Abu Dhabi

    L’esprit de Noël, version Abu Dhabi

    21 décembre 2010

    Noël est devenu la fête de la démesure et de la consommation. Le sommet de l'opulence ostentatoire ? Le sapin de l'hôtel Emirates Palace à Abu Dhabi. Garni d'or, de diamants et de rubis, le sapin artificiel a coûté 11 millions de dollars. La direction de l'hôtel a depuis exprimé ses regrets…   Et que pensez-vous de ces éclairages de Noël ? Comme l'écrivait l'ami qui m'a envoyé cette vidéo, je ne voudrais pas l'avoir comme voisin, mais c'est impressionnant.

    Lire la suite →
  • Finance Finances publiques Invités Sébastien St-Hilaire: La dette mondiale: 40 799 101 123 949$

    Sébastien St-Hilaire: La dette mondiale: 40 799 101 123 949$

    21 décembre 2010

    Cet article a été publié dans le journal Métro Non, ce chiffre n’est pas le compte à rebours en secondes avant le Nouvel An ou le numéro gagnant d’une loterie quelconque. C’est le montant en dollars de la dette mondiale, c’est-à-dire de tous les pays réunis ! À ce rythme, l’an prochain, cette dette aura augmenté de 3 000 G$… La Banque du Canada semble d’ailleurs de plus en plus inquiète face à cette situation. Elle appréhende que certains pays [...]

    Lire la suite →
  • Invités Médias Sylvain Langlois – Cogeco-Corus: Une bonne décision

    Sylvain Langlois – Cogeco-Corus: Une bonne décision

    21 décembre 2010

    Ce texte a été publié sur le site PineMedia de Sylvain Langlois Avec quelques semaines de retard, le CRTC a rendu sa décision sur la controversée acquisition des stations de Corus Radio au Québec par le groupe Cogeco, déjà propriétaire du réseau Rythme FM et de la radio FM93 à Québec. Tout comme en 2002 alors que le CRTC approuvait la transaction d’Astral et Télémédia permettant du coup à Astral de devenir seul propriétaire des 3 grands réseaux de l’époque, [...]

    Lire la suite →
  • Finances publiques À la une Économie La malédiction du CHUM

    La malédiction du CHUM

    20 décembre 2010

    Un jour, le nouveau CHUM sera construit. Il aura coûté au moins deux fois plus cher que prévu et, au lieu d'être inauguré en 2006, il le sera, si tout va bien, quelque part en 2019. 13 années plus tard, comme pour confirmer le mauvais sort qui entoure ce projet. Quelques kilomètres à l'ouest, les travaux avancent rondement sur le chantier du nouveau Centre universitaire de santé McGill (photo), qui aura coûté 800 millions de dollars de moins et sera [...]

    Lire la suite →
  • Entreprenariat Invités Didier Reinach: Passion raisonnée ou raison passionnante

    Didier Reinach: Passion raisonnée ou raison passionnante

    20 décembre 2010

    Cet article a été publié sur le site de Didier Reinach Certains disent, soyons raisonnables méfions nous de nos passions, d’autres osent parfois déclarer, soyons passionnées méfions nous de la raison. Suite à plusieurs rencontres avec des dirigeants de grandes entreprises, le discours est principalement le même : Nous devons re-développer la passion ! Ces entreprises importantes de Montréal ont un point commun, elles en arrivent à la même conclusion : Le dénominateur commun entre la motivation, la mobilisation, la [...]

    Lire la suite →
  • Entreprenariat Invités Franck Nicolas : Passez en mode « H »

    Franck Nicolas : Passez en mode « H »

    20 décembre 2010

    Ce texte a été publié sur le site de Franck Nicolas Le mode « H » : quand le leader devient un super coach. Je suis dans une voiture avec l’un de mes amis. Alors que nous parlons de rapports humains, il se tourne subitement vers moi et me demande : « Franck, j’ai l’impression que tu es toujours en mode coaching ? » Je le regarde. Je prends quelques secondes pour comprendre. Je me demande si c’est une vraie question ou un [...]

    Lire la suite →
  • Entreprenariat Invités L'actualité À la une Économie Claire Joly: Nous ne sommes pas nés pour un petit pain !

    Claire Joly: Nous ne sommes pas nés pour un petit pain !

    20 décembre 2010

    Claire Joly est directrice générale de la Ligue des contribuables du Québec L’économie du Québec a été relativement épargnée par la dernière récession. Mais il n’y a pas de quoi pavoiser. Le niveau de vie des Québécois reste bien inférieur à la moyenne canadienne, et même à celui de la grande majorité des pays membres de l’OCDÉ. C’est ce que révèle le Bilan 2010 du Centre d’étude sur la productivité et la prospérité de HEC-Montréal. Bref, nous avons toujours un retard [...]

    Lire la suite →
  • Économie Comment garder nos entreprises ?

    Comment garder nos entreprises ?

    16 décembre 2010

    Vous pouvez lire cet article  sur le site du magazine L'actualité.

    Lire la suite →
  • Entreprises Web 2.0 À la une Publié dans Premières en affaires: L’ère de la communauté mobile

    Publié dans Premières en affaires: L’ère de la communauté mobile

    16 décembre 2010

    Le monde est de plus en plus petit et mobile. De nouveaux empires ont surgi et ils ont tous pesé sur la touche « conquérir ». Si Facebook était un pays, ce serait le troisième plus peuplé avec ses 500 millions « d’amis ».  Cette image n’est pas anodine. Au moment même où les pays émergents s’imposent et occupent de plus en plus l’avant-scène,  une toute nouvelle économie fleurit dans un univers parallèle. On ne parle pas de guerres commerciales [...]

    Lire la suite →
  • Invités Économie Énergie Joanne Marcotte : Gaz de schiste, moratoire ou pas ?

    Joanne Marcotte : Gaz de schiste, moratoire ou pas ?

    16 décembre 2010

    Cet article est le troisième d'une série de quatre publié sur le site de Joanne Marcotte La prestigieuse revue The Economist pouvait bien s’étonner de l’attitude des Québécois face à la découverte de gaz naturel dans son sous-sol. Car au Québec, voyez-vous, le débat n’est pas de savoir SI et COMMENT on encadre le développement des gaz de schiste mais bien si on imposera ou non un moratoire sur l’exploitation… et même l’exploration de la ressource. Ne soyons pas naïfs: il y [...]

    Lire la suite →
  • Finance Finances publiques Invités L'actualité Laurent Desbois: Le «dollar québécois» sera inévitable en cas d’indépendance

    Laurent Desbois: Le «dollar québécois» sera inévitable en cas d’indépendance

    16 décembre 2010

    L’auteur œuvre depuis plus de 20 ans dans la gestion des devises. Il était responsable des devises à la Caisse de dépôt lors du référendum de 1995.   Dans son texte « Libre de ses choix », publié le 30 novembre dans La Presse,  Daniel Paillé a écrit que suivant son accession à la souveraineté, le Québec pourrait après quelques années, choisir parmi trois devises – le dollar canadien, le dollar américain ou sa propre monnaie – celle qui répondrait à [...]

    Lire la suite →
  • Entreprises À la une Electrolux et électrochoc

    Electrolux et électrochoc

    15 décembre 2010

    Triste nouvelle 10 jours avant Noël. L'usine d'Electrolux de l'Assomption fermera ses portes et 1300 personnes perdront leurs emplois. La nouvelle la plus troublante et la plus significative hier était néanmoins les dernières données sur la productivité au Canada. La piètre performance de notre économie à cet égard prépare des centaines d'Electrolux. Nous ne sommes plus compétitifs et l'écart entre nous et les Américains ne cesse de croître. Pendant des années, la faiblesse du dollar canadien gommait les différences. Cette [...]

    Lire la suite →
  • Finance Invités Sébastien StHilaire : J’ai un scoop pour vous…

    Sébastien StHilaire : J’ai un scoop pour vous…

    15 décembre 2010

    Cet article a été publié dans le journal Métro La venue de l’internet a permis à un plus grand nombre de personnes d’avoir accès aux nouvelles économiques et financières, et de prétendre connaître aussi bien que les experts le marché boursier. Convaincus de leur compré hension des marchés, plusieurs décident de gérer leur portefeuille de placement eux-mêmes, en ligne. Malheureusement, plusieurs de ces investisseurs ne font avant leur achat aucune analyse technique, aucune analyse fondamentale, aucune analyse de bilan. Ils [...]

    Lire la suite →

Les vidéos de l’économie

Mon Twitter

Recevez mes articles par courriel

Tapez votre courriel:

Écoutez mes Ballados chez BMO

ballado bmo carnet pierre duhamel